Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ?

Les faits constatés

« Chez nous [les humains, NDLR], ce sont surtout les femmes qui ont besoin de viande. Pendant les périodes de grossesse et d’allaitement, elles ont besoin de 30%  de protéines animales de plus que les hommes, et de cinq fois plus de fer. Et le fer est aussi essentiel pour contrecarrer les risques d’anémie dû aux règles. […] Les hommes, eux, une fois leur croissance terminée, ont surtout besoin de glucides. […] Ils n’ont pas de règles, ne sont pas enceints, n’allaitent pas. La viande pour eux n’est donc pas indispensable. »

Source : reportage d’Arte Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ?, diffusé de janvier à mai 2015

L’évolution biologique, qui a fait de l’humain un bipède intelligent, a entrainé deux modifications physiques très importantes : le bassin a rétréci pour favoriser la marche, et la taille de boîte crânienne a beaucoup augmenté. Cette transformation aurait dû entrainer une pression de la taille moyenne des femmes vers le haut : plus les femmes sont grandes, plus leur bassin est large, et plus il leur est aisé de mettre au monde des bébés à grosse tête. On peut constater ce type d’adaptation de la taille suivant le sexe dans nombre d’espèces animales. Un dimorphisme sexuel qui colle à l’environnement de l’espèce et se vérifie dans tout le règne animal… Sauf chez les humains ! Chez nous, les femmes sont petites, et la naissance des bébés pose nombre de problèmes qui ne se posent pas ailleurs dans le règne animal. D’ailleurs, il est précisé dans le reportage que les femmes de moins de 1m50, qui sont monnaie courante dans les pays en voie de développement, ont un risque fort de complications et de mortalité lors de l’accouchement.

Dans le reportage, Françoise Héritier, anthropologue, raconte qu’il lui a fallu vingt ans pour prendre conscience du fait que les mères au Burkina Faso opèrent une discrimination sexuée lorsqu’elles allaitent leurs enfants : elles donnent immédiatement à manger à leurs fils, alors qu’elles font systématiquement attendre leurs filles. La discrimination des filles nait d’un argument social : les filles seront toujours frustrées dans leurs besoins, alors autant les habituer tout de suite… Elle conclue : « Vous créez de la sorte deux variétés humaines totalement différentes dans leurs attentes. L’une, de façon naturelle, et c’est normale parce que c’est comme ça qu’elle a été élevée, va attendre la satisfaction immédiate de tous ses besoins et de toutes ses pulsions, et l’autre qui va être destinée à attendre le bien vouloir de quelqu’un d’autre. »

Pour résumer

Dans ce reportage, on découvre ainsi que la femme est victime depuis des millénaires, et de façon quasi généralisée dans toutes les cultures humaines, d’une discrimination nutritionnelle, alors que, et c’est bien là l’ironie de l’histoire, l’évolution de l’espèce exigeait des apports nutritionnels supérieurs pour les femmes. La difficulté de donner naissance à des bébés, les risques importants qui en découlent pour la santé de la mère, qui sont considérés, depuis toujours, comme une fatalité liée à la condition féminine, sont en réalité le résultat d’une organisation sociale en totale contradiction avec l’évolution naturelle de l’espèce. Toutes les femmes devraient être aussi grandes, voire plus grandes que les hommes. L’enfantement ne devrait pas poser autant de problème, et donc, ne pas affaiblir un peu plus les femmes, ne pas les rendre dépendantes de l’autre. Par ailleurs, depuis des millénaires, il est d’usage de préférer pour les femmes des hommes grands et pour les hommes de préférer les femmes petites, ce qui a accentué la différence de taille entre les deux (de 10 à 15 cm). Un modèle mental né de la domination masculine dans pratiquement toutes les sociétés humaines.

Honnêtement, cela ressemble tellement à  une fumeuse théorie du complot que j’ai un peu de mal à avaler le discours. Et pourtant, dans ce reportage, toutes les pistes scientifiques ont été explorées. Il ne me restait plus qu’à constater, un peu glacée d’effroi tout de même, que nous avons créé cela, hommes et femmes, et qu’il nous appartient de tenter d’y remédier si on veut arrêter le massacre.

Mais pour rattraper le retard, il faut se lever de bonne heure. Il faudrait déjà arrêter de privilégier les garçons à table. Si, nous le faisons tous. Qui n’a pas entendu en repas de famille : « allons mon garçon, tu vas bien te resservir ? ». Alors qu’une fille qui redemande d’un plat, surtout si elle en période de puberté, on va lui faire comprendre, plus ou moins intentionnellement, qu’elle n’en a pas besoin, voire qu’elle risque de grossir. Pas de grandir : de grossir. D’ailleurs, il est rare que l’on propose aux filles de se resservir. Nous sommes si bien préformatée à moins manger que nous mangeons moins, surtout des protéines. Comme dans le reportage qui indique qu’au Maroc, on apprend aux filles à refuser la viande…

Mais même dans notre société développée, nourrir convenablement les petites filles ne suffit pas à leur donner une grande taille. Pour cela, il faudrait que nous arrêtions (moi la première) de préférer des partenaires masculins plus grands que nous et que les hommes arrêtent de choisir les femmes de petite taille, et cela, pendant des générations… Accepter qu’une femme soit grande, et qu’elle soit en couple avec un homme plus petit qu’elle, ne déprécie ni l’un, ni l’autre. J’ai autour de moi plusieurs cas de couples où la femme est grande – soit quasi aussi grande que son compagnon, soit un peu plus. Et bien toutes, sans exception, s’interdisent de porter des talons hauts. Oui, elles se l’interdisent elles-mêmes ! Il y a vraiment du travail…

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ?

  1. Pingback: L’accouchement médicalisé : c’est parfois nécessaire, mais ça peut aussi être très moche | Mot Non Trouvé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s