Merci – 2

smile-191626_1280

Véronique

Je continue mon histoire commencée avec Martin.

Après une mauvaise expérience au service de PMA de l’hôpital, j’appelle donc la personne recommandée par ma gynécologue. Sa secrétaire me propose un rendez-vous pour… le lendemain. Alors que nous avions attendu cinq mois (5 !) le rendez-vous à l’hôpital ! Le rendez-vous venu, la praticienne, Véronique, nous reçoit dans son bureau. Elle nous fait asseoir, s’installe à son tour confortablement en face de nous, penchée en avant, les coudes sur le bureau, nous souris gentiment en nous regardant droit dans les yeux, et dans un instant d’éternité, nous demande : « comment allez-vous ? ».

Inutile de préciser que la médecin de l’hôpital ne l’avait pas fait.

Nous avons répondu sincèrement à Véronique parce que c’est ce qu’elle attendait. Nous lui avons dit que nous étions fatigués, inquiets, angoissés, en proie au doute suite à notre rendez-vous à l’hôpital. Que nous avions peur parce que nous ne savions pas si notre couple était normal, infertile ou stérile. Elle a écouté avec bienveillance et compréhension. Elle nous a posé des questions. Elle a tout écouté. Et seulement à la fin nous a-t-elle demandé nos résultats d’analyse. Elle n’en n’avait besoin que pour des précisions techniques.

Je suis tombée enceinte cette semaine là. Spontanément. Alors que tous les indicateurs médicaux jouaient en notre défaveur.

Véronique, sans le moindre acte médical, nous a aidé à avoir notre premier enfant. C’est son écoute professionnelle et attentive qui nous a libéré du poids mort que nous traînions depuis deux ans.

Alors, quand nous avons voulu avoir un deuxième enfant et que rien ne se passait au bout d’un an, nous sommes retourné la voir. Et elle nous a pris en charge médicalement. Nous avons fait deux FIV. C’était dur. C’était fatigant et déprimant pour moi, qui supporte mal les traitement hormonaux. Mais elle était là, à l’écoute. Elle m’encourageait à chaque rendez-vous, sans me pousser au-delà de mes limites. Désolée pour nous quand la première FIV a échoué, lorsque la majorité de mes ovocytes n’ont pas été fécondés parce que la technique employée n’était finalement pas la bonne, que les deux embryons transféré n’ont pas pris et qu’aucun embryon n’a pu être congelé. Le biologiste, les assistantes médicales, tout le monde était bienveillant, souriant. Véronique était là pour nous dire que nous recommencerions si nous le voulions et quand nous le voudrions, mais nous conseillait de nous laisser un peu de temps après cet échec.

Nous avons suivi ce conseil librement donné et reçu, nous avons recommencé six mois plus tard. C’était toujours dur, et Véronique était toujours là. Quand nous avons appris que le transfert avait fonctionné, que j’étais enceinte, sachant que c’était la seule possibilité là aussi (pas de stock d’embryon à congeler, une fois encore), ce fut noël avant l’heure.

Elle fut avec nous une dernière fois pour une échographie de contrôle, à 7 semaines d’aménorrhée, un beau jour de novembre, pour nous faire écouter un petit coeur qui bat. Ce petit coeur bat toujours, là-haut, dans sa chambre, avec son doudou et sa sucette, son sourire à faire jaillir de l’eau et son regard de battante, 27 mois plus tard.

Véronique nous a laissé partir en nous souhaitant bon vent et bonne vie. Je voulais retourner la voir, lui présenter mon bébé, ma fée-licité. Lui dire combien je lui suis reconnaissante de son humanité. Je n’ai toujours pas trouvé le temps de le faire et je le regrette beaucoup.

Je le ferai, même si c’est « trop tard ».

Je crois qu’il n’est jamais vraiment trop tard pour remercier un être humain.

Merci – 1

https://i2.wp.com/s3-eu-west-1.amazonaws.com/magazine.1.0.allbrary/wp-content/uploads/2015/09/16073944/la-horde-du-contrevent-horde.png

« La Horde du Contrevent » d’Alain Damasio (illustration de couverture)

Je veux remercier quelques personnes. Du fond du coeur. Ces personnes ont changé ma vie de femme et de mère.

Je publie donc une série d’articles pour faire le tour de ces personnes si précieuses.

Martin

En premier lieu, parce que je suis galante et que c’est le seul homme de ma liste, Martin Winckler. Je l’ai découvert en lisant, sur conseil de mon libraire pour la rentrée littéraire 2009, Le choeur des femmes.

Mon couple se faisait malmener à ce moment là par le corps médical dans le cadre d’une recherche d’infertilité et d’une prise en charge en Procréation Médicalement Assistée. Je me tapais le sale boulot : les prises de sang, les prises de température quotidiennes, les échographies, l’hystérosalpingographie. Et parce que je lisais le roman de Martin Winckler à un moment absolument critique, j’ai eu les ovaires (en lieu et place des cojones) de remettre en question, en mon fort intérieur, la manière dont nous avions été traités lors de notre première prise en charge à l’hôpital en service de PMA. Un rendez-vous longtemps attendu.

Nous étions ce jour là des numéros de dossier face à une personne qui portait la blouse d’une autre (la précédente praticienne était partie depuis deux semaines, pas le temps de changer le nom sur la blouse, je suppose), qui nous demandait des papiers, des résultats d’analyse, qui évaluait la façon dont nous les avions réalisées – autant dire que nous nous sentions jugés, coupables déjà d’un manquement possible. La praticienne rentrait les données dans son ordinateur, sans autre commentaire que des remarques techniques ou organisationnelles. Deux stagiaires (internes ?) présentes dans la salle recueillaient la Parole Médicale avec Respect et Recueillement. Nous sommes ressortis de ce premier rendez-vous de PMA confus, découragés par le nombre de rendez-vous à prendre chez d’autres spécialistes et les délais imposés pour avoir ces rendez-vous. Nous qui étions dans cette démarche depuis plus de 8 mois, lorsque nous avions commencé les analyses avec ma gynécologue de ville, et qui pensions arriver au bout d’un long tunnel d’attente, nous découvrions un univers quasi-industriel de froideur, d ‘indifférence à notre peine et à nos efforts.

Parce que je lisais Le choeur des femmes, j’ai eu le courage, au milieu de ma confusion et de ma déprime, d’appeler ma gynécologue de ville et de lui parler de mon vécu de cette consultation et de ma déception. Elle m’a écouté, n’a fait aucun commentaire sur la manière dont cela s’était passé et m’a donné le nouveau numéro de téléphone de la praticienne qui était partie du service de PMA de l’hôpital peu de temps auparavant, en me conseillant de l’appeler pour avoir un deuxième avis. Cette collègue venait d’ouvrir un cabinet dédié à la PMA. Ma gynécologue a ajouté, ce fut son unique touche personnelle, que cette personne était gentille et chaleureuse.

Je raconterai la suite plus tard, mais revenons à Martin Winckler.

Je pourrai lui être reconnaissante ma vie entière uniquement pour ce roman, qui m’a aidée à un instant des plus critiques. Si je n’avais pas lu dans Le choeur des femmes que les médecins sont censés nous écouter et prendre soin de nous plutôt que nous pomper de l’air, de l’énergie et de l’argent, et que nous sommes en droit de refuser d’être maltraitées, je n’aurais pas pu passer ce coup de fil salvateur.

Après cet évenement, je me suis intéressée aux autres romans de Martin Winckler, puis à son site d’information sur la contraception, puis à son activisme pour faire changer la médecine française, faire changer le regard posé par les praticiens sur les patients et inversement. Je suis désormais ses activités sur les réseaux sociaux et me régale de ses interventions. Je suis très heureuse du soutien qu’il manifeste aux sage-femmes face au tollé d’un autre temps soulevé récemment par les gynécologues obstétriciens (pour plus d’info, allez voir ma synthèse de l’histoire sur le site des Vendredis Intellos).

Bref, je suis immensément heureuse d’avoir « rencontré » Martin Winckler.