« Ma fille, viens avec moi au Panthéon…

… je dois te présenter quelqu’un. »

 

C’est ce que je ferai, d’ici quelques années, lorsque ma fille sera assez grande pour comprendre. J’irai à Paris, et j’emmènerai ma fille au Panthéon.

Là bas, je lui présenterai une femme.

Simone Veil (1984)

Simone Veil (1984)

Depuis l’annonce de sa mort il y a 10 jours, chaque fois que j’entends, lis ou vois une évocation de Simone Veil, je pleure. Je pleure littéralement. Mes yeux sont pleins de larmes – ce qui est très embêtant quand on exerce un métier de service public.

Pour ma grand-mère, décédée il y a six mois, je n’ai pas autant pleuré.

Simone Veil était l’incarnation de tout ce que j’aimerais être. Une femme qui a changé le monde. Inébranlable et bienveillante avec l’humanité. Une femme qui a plongé le nez de tout un pays dans ce qu’il ne voulait pas voir, contre son gré, pour l’obliger à légaliser l’IVG, et qui s’est battue pour que l’Europe existe, parce que la paix n’a pas de prix, alors qu’elle n’a que trop bien connu celui de la guerre.

Simone Veil, j’irai vous dire merci sur votre tombe, et j’expliquerai à ma fille tout ce qu’elle et moi vous devons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s